Séquence 2 : Des cultures pour l'alimentation humaine.

La culture de la banane à Mayotte

La banane est un des aliments de base de l'alimentation des mahorais et contrairement au riz qui lui est importé elle est produite à Mayotte toute l'année. Comme dans toutes les régions bananières du monde, à Mayotte, la production de bananes est menacée par les maladies et les parasites

Comment améliorer la production de bananes mahoraises  ?

 

Doc 1 : La culture du bananier.
(source GPBAM :Groupement des Producteurs de Bananes de Mayotte,
station de recherche agronomique de Dmbéni)

Le bananier n'est pas un arbre mais une herbe géante qui peut atteindre jusqu'à 15 mètres de haut, c'est la plus grande herbe du monde. En s'enroulant les unes contre les autres les feuilles donnent naissance à un pseudo-tronc qui ressemble au tronc des arbres mais ne donne pas de bois. On compte environ 1 000 variétés de bananiers qui poussent tous dans des régions chaudes et humides. Il existe une multitude de bananes différentes selon leur taille, leur forme, leur couleur et la plupart sont des bananes sans graines.

Lorsque l'on récolte son régime de bananes le pied principal meurt. Mais avant la récolte, la tige souterraine appelée aussi bulbe a émis des rejets, c'est une reproduction par multiplication végétative.

A Mayotte, la banane est la première des cultures vivrières (14,5 tonnes en moyenne par hectare et par an) et constitue la base de l'alimentation pour la population, elles sont consommées crues (dessert) ou cuites.

Le bananier est planté à Mayotte pendant la saison des pluies (début septembre à fin février). Selon la méthode traditionnelle de base, le paysan prépare un trou (40 x 40 x 40 cm), sépare les rejets du pied principal et plante chaque rejet dans un trou.

Les bananiers sont sensibles à certaines maladies (cercosporiose = champignon) et certains parasites (nématodes, charançons). Avant l'arrivée de la cercosporiose noire (taches noires sur les feuilles qui se dessèchent), on dénombrait à Mayotte 50 variétés différentes de bananiers mais par la suite certaines variétés très sensibles à cette maladie ont disparus .

Depuis 1999 avec le Programme de réhabilitation de la Bananeraie Mahoraise, des actions ont été entreprises pour sauvegarder les variétés existantes (création de la collection à la station de recherche agronomique de Dembéni) et d'autres variétés plus résistantes ont été introduites.

Ce programme a aussi permis la mise en place de nouvelles méthodes de culture avec la fertilisation grâce au compost, l'irrigation et la lutte contre la cercosporiose (surveillance des cultures, traitements chimiques). Ces nouvelles méthodes permettent une augmentation des rendements.

 

Un pied de banane

Doc 2 : Une compostière (photo GPBAM)

Le compost est formé d'un mélange de végétaux (feuilles de bananiers, pseudo-tronc ) et d'excréments d'animaux qu'on laisse se décomposer. Au bout de six mois, on obtient un engrais naturel que l'on place dans le trou où sera planté le bananier

Une compostière

Questions :

1) Indique ce que l'on plante pour obtenir un nouveau bananier.

2) Retrouve dans le texte comment on qualifie ce type de reproduction.

3) Indique quels sont les ennemis du bananier.

4) Indique comment lutter contre la cercosporiose en utilisant le moins possible de traitements chimiques coûteux et nuisibles pour l'environnement.

5) Explique comment les apports de compost et d'eau permettent d'améliorer les rendements des cultures de bananiers. (fais appel à tes connaissances)

 

Activité proposée par Marie-Pierre Gonnet

 

 

Informations pour le professeur.

Variétés présentes à Mayotte avant GPBAM (groupement des producteurs de bananes de Mayotte)

Nom

Origine

Utilisation

Kontriké

Mayotte

Dessert ou à cuire

Moudzo wa djine
(Grande et Petite Naines)

Antilles

Dessert ou à cuire

Baraboufaka (5 variétés)

Mayotte

A cuire

Dzu (plantain, 9 variétés)

Mayotte

A cuire

Mnalouki (2 variétés)

Mayotte

A cuire

Mlali (21 variétés)

Mayotte

A cuire

Sharia

Comores

Dessert ou à cuire

Kapou

Comores

Dessert ou à cuire

Shiwendré

Comores

Dessert ou à cuire

Koja

Comores

A cuire

Isabé

Comores

A cuire

Jilibanane

Mayotte

Dessert

Kissoukari

Mayotte

Dessert

Mamboléa (2 variétés)

Mayotte

Dessert

Les variétés introduites par le GPBAM

Nom

Origine

Utilisation

Kayinja

Cameroun

Dessert ou à cuire

Yangamb Km5

Cameroun

Dessert ou à cuire

French sombre

Cameroun

A cuire

Dwarf Kalap

Cameroun

A cuire

Pélipita

Cameroun

A cuire

CRBP 39

Cameroun

A cuire

FHIA 25

Cameroun

Dessert ou à cuire

Batard

Cameroun

A cuire

Fougamou

Cameroun

A cuire

Lagun Vunalir

Cameroun

Dessert